L'histoire du Fort Saint-Père!

La conception est confiée à Monsieur de Carpilhet, colonel au corps royal du génie, et de Caux, directeur des fortifications de Bretagne. Il s’agit d’un fort bastionné équipé de fossés et chemins couverts sans ouvrages extérieurs. L’enceinte se compose de quatre bastions flanqués, séparée par des courtines dont la principale abrite 26 casemates de part et d’autres d’une porte centrale équipée d’un pont-levis raccordant le glacis.   Les travaux commencent en janvier 1777 et dureront huit ans. Entre 1782 et 1783 se construit la poudrière, longue de 46 mètres de longueur par 13 mètres de large, c’est le plus beau bâtiment de l’ensemble mais aussi la plus grande poudrière d’Europe. Flanquée de nombreux contreforts extérieurs sur sa longueur, elle permet de forcer une onde verticale plutôt que latérale en cas d’explosion de ses réserves de poudres. Elle sera plus tard utilisée pour stocker les réserves d’explosifs des fortifications côtières pour ne leur laisser que le nécessaire au service journalier ; sage solution face à l’idée de stocker de grandes quantités d’explosifs dans les remparts de Saint-Malo…

Les conditions de travail sont éprouvantes, le détail des heures effectuées ramène une moyenne stable de 13 heures par personne et par jour. A la fin du chantier en 1785, on dénombre plus de 50 morts. Au bout de huit ans.